Amélioration de la productivité : Des TPE et PME de l’industrie manufacturière, formées sur les outils de gestion ERP/PGI

Détails d’article – News

Amélioration de la productivité : Des TPE et PME de l’industrie manufacturière, formées sur les outils de gestion ERP/PGI

75 Petites et moyennes entreprises (PME) et Toutes petites entreprises (TPE) de l’industrie manufacturière, ont reçu une formation, le lundi 2 mars au centre d’incubation de l’Agence Côte d’Ivoire PME (Cocody-Riviera Palmeraie) sur les Outils de gestion et d’amélioration de la productivité des PME manufacturières via un ERP/outil de gestion intégrée.
Cette session de formation initiée par l’Agence Côte d’Ivoire PME, se situe dans le cadre du Programme d’appui à la productivité des TPE/PME (PAP TPME), est un projet qui a pour but de contribuer à la création de valeur, d’emplois décents et de croissance en Côte d’ivoire.
Avec la croissance des activités au sein des entreprises, la tâche de gérer efficacement toutes les fonctions s’avère de plus en plus complexe et difficile, fait savoir le Pr Serge Nomo, consultant principal PAP. Pour surpasser ces difficultés, une entreprise doit utiliser des outils optimisés et adaptés facilitant les tâches et offrant des fonctionnalités riches et utiles, poursuit-il. Ainsi, si les premières applications ont permis d’automatiser les activités opérationnelles des organisations (gestion de production, gestion commerciale et financière et ressources humaines), aujourd’hui les systèmes d’information prennent en charge des niveaux de gestion de plus en plus stratégique. Parmi ces outils se trouvent, notamment les systèmes intégrés de gestion comme les ERP.
En effet, l’ERP (Enterprise Ressource Planning) ou PGI (Progiciel de Gestion Intégré), est un logiciel qui permet de gérer l’ensemble des processus d’une entreprise, en intégrant l’ensemble des fonctions comme la gestion des ressources humaines, la gestion comptable et financière, la relation client, les achats, la gestion des stocks, la distribution, l’approvisionnement, le commerce électronique. Ainsi, un ERP est un outil de gestion et d’analyse permettant d’optimiser la diffusion des informations en interne, d’améliorer les processus de gestion et d’automatiser les tâches ce qui augmente énormément la réactivité des entreprises et leurs agilités.
« L’ERP est un ensemble d’applications reposant sur une même base de données. Ce qui va assurer l’unicité de l’information et en garantir la mise à jour en temps réel. C’est un système d’application capable d’apporter à l’entreprise des solutions pertinentes pour sa réussite et sa croissance. Il induit de ce fait une réponse rapide aux besoins des entreprises. », a expliqué le formateur, M. Mathieu Dufour du Cabinet IPSO Technologies.
Ainsi, pour le responsable de l’unité d’affaire des TPE au sein de l’Agence CI PME dans le cadre du PAP TPME, Anderson N’Da, l’objectif de cette session de formation, est de permettre aux PME et TPE de l’industrie manufacturière de disposer de toutes les informations relatives aux outils de gestion et d’amélioration de la productivité dans la gestion quotidienne d’une entreprise.
« Nous leur dispensons cette formation afin de les rendre plus compétitifs et plus productifs », a-t-il indiqué avant de préciser qu’à termes, les entreprises accompagnées seront de 500 PME et 200 TPE, pour un total de 700 PME dans le cadre du PAP TPME.
À l’occasion de la Journée Internationale de la Femme 2020 (JIF- 2020), l’Agence CI PME en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des Femmes (ONU Femmes) a dressé un synopsis de la contribution des femmes au dynamisme économique de la Côte d’Ivoire.

En effet, la Côte d’Ivoire connait une forte croissance de création d’entreprises avec une augmentation moyenne annuelle de 26% de 2015 à 2019. Le traitement de ces données par le Centre d’Intelligence des Affaires sur les PME de l’Agence CI PME (PME BI) a permis de mettre en exergue la contribution des femmes dans ce dynamisme économique. Il ressort de cela que la proportion d’entreprises détenues en majorité par des femmes qui était estimée à 15% en 2015, a évolué pour se situer autour de 20% des entreprises formelles en 2019. Aussi, 20 femmes sont-elles dénombrées parmi les 430 dirigeants des grandes entreprises en Côte d’Ivoire et 26,3% des entreprises ivoiriennes comptent au moins une femme comme actionnaire.

Les données du Centre d’Intelligence des Affaires de l’Agence CI PME montrent également que la proportion d’entreprises dirigées par les femmes s’accroit lorsqu’il s’agit des Petites et Moyennes Entreprises (PME), puisque 34% d’entre elles sont dirigées par les femmes et plus d’un tiers (39%) ont au moins une femme membre du Conseil d’Administration ou de Gestion.

Toutefois, des efforts restent à faire car plus le modèle de production des entreprises se complexifie, moins les femmes entrepreneures sont présentes. Seulement (14%) d’entreprises manufacturières sont dirigées par les femmes. Elles sont beaucoup plus représentées (51%) dans les petites unités de transformation.

Les entrepreneures ivoiriennes travaillent essentiellement dans les secteurs du Commerce (33%), des Prestations de Services (31%), de l’Agro-industrie (27%) et 4% en ce qui concerne les secteurs des Bâtiments, des Travaux Publics (BTP) et la Technologie.

Dans le secteur de l’agro-industrie, les femmes sont dominantes dans la plupart des chaines de valeurs. À l’exemple du manioc qui peut être produit sur les 4/5 du territoire ivoirien, les femmes représentent environ 80% des producteurs, quasiment 100% des transformateurs et 90% des commerçants. De plus, les entrepreneures ivoiriennes ont un niveau d’éducation qui tend à se développer. En 2019, c’est notamment le cas de l’industrie manufacturière, avec plus de 80% des femmes qui estiment avoir au moins un niveau d’étude secondaire.

Cependant, les femmes demeurent faiblement représentées dans certaines chaines de valeurs prioritaires identifiées par le programme Phoenix telles que le cajou (seulement 17% des acteurs) et leur contribution est essentiellement orientée vers les activités de récolte et de décorticage. De plus, environ 70% des employés des Très Petites Entreprises (TPE) agro-industrielles sont des femmes.

En outre, au cours de l’année 2019, le Guichet des Services aux PME de l’Agence CI PME a reçu 33% de femmes entrepreneures et porteuses d’idée de projet. Leurs sollicitations ont concerné le renforcement de capacités techniques et managériales (39%), le conseil en financement et en entrepreneuriat (17%) et les renseignements d’ordre général (19%).

Ainsi, bien que les femmes soient fortement (plus de 80%) représentées au niveau de certaines chaines de valeurs agricoles telles que le manioc, elles demeurent encore au niveau de la production à petite échelle. Il est donc important de poursuivre la redynamisation de l’écosystème en vue d’encourager l’entrepreneuriat féminin formel pour la croissance et la création de valeur des PME pour des emplois décents.

Division COMMUNICATION
03 Mars 2020
2035 vues

%s