Archives de catégorie Actualités

Formation et encadrement de 100.000 femmes en entrepreneuriat : L’Agence Côte d’Ivoire PME y était


 L’Agence Côte d’Ivoire PME a était présente à la cérémonie d’installation, du collège de la caravane des 100 000 femmes “entrepreneurs” initiée par la FIPME.

Cette caravane des 100 000 femmes “entrepreneurs” sera lancée dans le premier trimestre de l’année 2019 à San-Pedro (la ville dont le ministre de tutelle, secrétaire d’état chargé de la promotion des PME est maire ) et elle durera 3 ans.
Madame Kouadio Blehon présidente de la commission genre femme entrepreneuriat de la FIPME a indiqué que pour l’efficacité de cette caravane, il fallait mettre en place un “Collège” pour des questions de transparence et de gouvernance.
« Nous avons besoin de ceux qui veulent nous accompagner pour l’autonomisation de la femme en Côte d’Ivoire, car si la femme a de l’argent aujourd’hui, c’est le pays qui gagne, ce sont les hommes et les enfants (du pays) qui y gagnent. »
“… L’objectif général de la cérémonie d’hier était la désignation officielle et l’intronisation publique de Représentants des associations, organismes et institutions parties prenantes dans la mise en œuvre de la caravane au sein de collège.
Veiller au bon fonctionnement de la caravane, s’assurer du respect du programme de tournée dans les 31 régions du pays, lever tous blocages administratifs et politiques dans la mise œuvre du projet, apporter les corrections nécessaires pour la bonne marche de la caravane, dégager si nécessaire les moyens techniques, logistiques et financiers en vue du bon déroulement du projet, amener grâce à une intermédiation efficace les autorités locales à s’approprier du projet par une meilleure implication, telles sont les missions assignées au collège…
L’Agence Côte d’Ivoire PME est donc représentée au sein du collège de la caravane des 100 000 femmes “entrepreneurs” par Pierre-Joseph Kingbo (représentant du DG Salimou Bamba). Le collège de la caravane se réunira une fois par mois à partir de janvier 2019.

   

Panel JCI : Mobilisation des ressources pour les Jeunes Entrepreneurs


Le samedi 22 décembre 2018, l’Agence CI PME a participé  à un panel sur  “la Mobilisation des ressources pour les Jeunes Entrepreneurs”.
 
 
A l’issue de ce panel, La JCI ( la Jeune Chambre Internationale -Bingerville) a remis un prix à l’Agence CI PME pour son travail et son dévouement en faveur de l’entrepreneuriat des jeunes.
Pierre-Joseph Kingbo a accepté ce prix au nom du DG de l’Agence Côte d’Ivoire PME, Monsieur Salimou Bamba, et a exprimé toute la gratitude de l’Agence pour cette distinction.

Dream Factory à l’Africa Fintech Forum 2018


L’Agence Côte d’Ivoire PME a été partenaire de l’Africa Fintech Forum 2018 qui s’est tenu du 26 au 27 novembre 2018 à Abidjan.

L’Africa Fintech Forum est un forum sur la fintech, la regtech, l’insurtech, la Blockchain. Il vise à valoriser l’industrie des technologies financières comme levier pour atteindre l’inclusion financière.

Alex Sea Responsable des opérations à Dream Factory avec Philippe Batreau d’Epistrophe et du réseau Frenchtech Abidjan

Le Hub d’innovation de l’Agence, Dream Factory qui avait son stand sur les lieux du forum, a saisi cette occasion pour ses projets et ses axes d’intervention auprès de l’écosystème entrepreneur en général et de l’écosystème Fintech en particulier. Le projet RUFIN 2018 lancé pour accompagner les solutions de digitalisation des flux financiers en zone rurale, a aussi été présenté aux investisseurs lors des rencontres B2B. Dream Factory a également pu identifier les technologies et acteurs d’intérêt pour le Hub Fintech durant le networking.

Le Ministre Souleymane Diarrassouba et le Secrétaire d’Etat Félix Anoblé lancent officiellement les activités de Dream Factory, l’Incubateur d’Abidjan


Dream Factory : tel est le nom donné à l’Incubateur d’Abidjan dont les activités viennent officiellement d’être lancées, ce jeudi 9 août 2018. La cérémonie a eu lieu en présence de plusieurs personnalités dont le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME ; le Secrétaire d’Etat en charge de la Promotion des PME, l’Ambassadeur des Pays-Bas en Côte d’Ivoire, la Vice-Présidente de l’Assemblée nationale et le représentant du Ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes. Les membres du Conseil de Surveillance de l’Agence Côte d’Ivoire PME ainsi que des acteurs de l’écosystème de l’entrepreneuriat et de l’innovation ont aussi pris part à la rencontre.

Le Ministre de tutelle a, dans son allocution, mis l’accent sur l’importance de l’Incubateur d’Abidjan. «Selon des statistiques, il est admis que sur une moyenne de dix entreprises créées sans accompagnement, au moins sept cessent d’exister au plus tard à la troisième année de leurs activités. C’est pourquoi, la mise en service de cet Incubateur vient comme une réponse pour encadrer les PME en phase de création et leur permettre de démarrer sur des fondements solides et durables », a-t-il fait savoir.

Dream Factory offrira une diversité de services à l’écosystème entrepreneurial et innovant de Côte d’Ivoire en proposant aux startups et Petites et Moyennes Entreprises (PME) un accompagnement stratégique, opérationnel et financier bâti sur 3 piliers, a expliqué M. Diarrassouba. Il s’agit notamment « de l’incubation qui consiste en la conduite de programmes d’incubation en propre ou d’hébergement de programmes avec des partenaires ; de l’intelligence collective qui permettra l’organisation de rencontres de formations et d’information axées sur les thématiques de l’Innovation et surtout sur les technologies de l’Industrie 4.0 ; et le service aux entreprises qui se traduira par la domiciliation d’entreprises, la location de bureaux, la mutualisation de services d’entreprises ».

Le Ministre Diarrassouba a invité des animateurs de l’écosystème entrepreneurial et innovant à prendre activement part aux activités de l’Incubateur d’Abidjan, conçu pour permettre de murir les projets innovants et de les réaliser dans un cadre proposant des conditions d’accompagnement aux normes internationales. Il a ensuite marqué son accord quant au choix du nom ‘’Dream Factory’’ proposé par le Directeur général de l’Agence CI PME et qui signifie « usine de transformation ou de réalisation des rêves ».

L’entrepreneuriat et l’innovation comptent, à juste titre, parmi les remèdes les plus efficaces pour lutter contre le chômage des jeunes et la pauvreté, a, pour sa part, indiqué dans son discours, le Secrétaire d’Etat en charge de la Promotion des PME. « A travers le lancement officiel des activités de cet incubateur, nous donnons une chance de plus à notre jeunesse pour matérialiser ses rêves en exprimant son ingéniosité. Nous offrons ainsi à notre jeunesse des raisons d’espérer et des moyens d’entreprendre et de s’épanouir, dans ce monde en mutation où l’effet accélérateur de l’innovation est un puissant facteur de création d’emplois », a souligné Félix Anoblé.

Les participants à la cérémonie ont pu suivre deux exposés. L’Ambassadeur du Royaume des Pays-Bas, Robert Van Den Dool, dont le pays occupe la deuxième place au classement mondial de l’innovation en 2018, après la Suisse, a présenté les résultats de l’étude du Projet ‘’Orange Corner’’ qui vise à renforcer l’écosystème de démarrage et construire un pipeline pour les jeunes entrepreneurs ivoiriens. Ce projet envisage, tout en se concentrant sur la phase de pré-démarrage et de démarrage, d’améliorer les infrastructures (Orange Corners), d’aider et de connecter les instituts universitaires ainsi que les instituts gouvernementaux et stimuler la mentalité entrepreneuriale. « La mise en place d’un ‘’Orange Corner’’, en collaboration avec un prestataire de services local, serait une contribution précieuse pour aider davantage de jeunes entrepreneurs ivoiriens à transformer leur business plan en produit ou service validé », a déclaré M. Van Den Dool.

Dream Factory sera un centre d’innovation, de coaching, de rencontres, d’aide au financement innovant et de réseautage, a pour sa part indiqué, dans son exposé, le Directeur général de l’Agence CI PME. « L’Agence Côte d’Ivoire PME travaillera à faire d’Abidjan le pôle d’attraction de tous les talents d’entrepreneurs innovants à travers l’adoption des meilleures pratiques d’affaires internationales afin de bâtir la marque ‘’Digital Abidjan’’ », a ajouté Salimou Bamba.

Pour 2018, l’Agence CI PME envisage d’incuber une trentaine d’entreprise, a-t-il annoncé. Il a présenté l’agenda des prochaines activités de Dream Factory. La première sera le Camp de vacances numériques prévu du 27 août au 7 septembre 2018. « C’est un programme de formation qui vise à vulgariser les technologies de l’information et de la communication auprès des enfants âgés de 8 à 15 ans, dans les domaines de la programmation informatique, l’électronique, la robotique, la modélisation, l’impression 3D, etc. », a fait savoir le DG de l’Agence.

A l’issue de la cérémonie, les différentes personnalités ont visité les locaux de Dream Factory. Le Ministre Souleymane Diarrassouba et le Secrétaire d’Etat, Félix Anoblé ont, ensemble, dévoilé l’enseigne qui se trouve à l’entrée du bâtiment, sous les applaudissements des nombreux invités.

Le Conseil de Surveillance de l’Agence Côte d’Ivoire PME officiellement installé


Le Conseil de Surveillance l’Agence Côte d’Ivoire PME a été installé officiellement ce mardi 31 juillet 2018 à Abidjan, par le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba. Etait aussi présent à l’évènement, le Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, chargé de la Promotion de l’Investissement Privé, Emmanuel Essis, également membre du Conseil de Surveillance.

Les attributions de l’Agence CI PME ont été définies par décret présidentiel en décembre 2016, avec pour principaux organes de gouvernance le Conseil de Surveillance et la Direction générale. Le rôle du Conseil de Surveillance est d’assurer la supervision des activités de l’Agence, en application des orientations et de la politique de l’Etat, définie dans son domaine d’activés. Son Président et ses membres ont été désignés en Conseil de ministres, le 6 juin 2018. Il se compose de 12 membres, tous nommés pour un mandat de trois ans, renouvelable une seule fois. Le Conseil est appelé à se réunir en session ordinaire au moins tous les trimestres et en réunion extraordinaire si nécessaire.

« Votre mission est délicate mais exaltante », a fait savoir, dans son allocution, le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba, à l’endroit des membres du Conseil de Surveillance. Cette mission requiert, a-t-il expliqué, la maitrise des principes de gouvernance, des politiques et outils de management. « Il vous faudra, par exemple, vous doter d’outils d’autorégulation tels des tableaux de bords pertinents, un code d’éthique ou de conduite, un mécanisme de gestion des risques », a-t-il dit.

Il est demandé au Conseil de Surveillance, conformément aux textes, d’assister et de superviser la Direction générale de l’Agence dans l’exercice de ses fonctions et attributions. « Cette responsabilité exige de vous une haute expertise afin d’atteindre les objectifs fixés qui sont, globalement, de parvenir au renforcement de la compétitivité des PME ivoiriennes afin qu’elles puissent contribuer, de façon significative, à la transformation structurelle de l’économie et créer des richesses et des emplois durables, conformément aux prévisions du Plan National de Développement (PND 2016-2020) », a indiqué M. Diarrassouba. Il appartient au Conseil, a-t-il encore souligné, de renforcer l’œuvre d’édification de l’Agence afin de faire d’elle, à l’horizon 2020, une référence nationale, un laboratoire d’expertises multisectorielles et un centre d’opérationnalisation des stratégies au service de toutes les PME de l’écosystème.

« L’Agence doit pouvoir être ce véritable organe de fédération de toutes les interventions de l’Etat et des partenaires au développement, et constituer un puissant outil de développement au service de l’Etat et du secteur privé », a précisé le Ministre. Il a encouragé chaque membre du Conseil de Surveillance à s’investir pleinement dans la mission qui lui est confiée afin d’atteindre les objectifs fixés.

Pour sa part, le Directeur de l’Agence Côte d’Ivoire PME, Salimou Bamba, a axé son intervention sur la présentation de l’Agence, sa gouvernance et sa planification stratégiques, ses activés majeures, ses résultats et ses acquis. « L’atteinte des objectifs fixés nécessite une synergie d’actions entre le Conseil de Surveillance, le Président du Conseil et le Directeur général de l’Agence », a déclaré M. Bamba. L’Agence s’est dotée d’un Document Programme 2018 ; elle travaille également à se doter d’un Plan Stratégique 2018-2023 qui va s’appuyer sur le PND 2016-2020 et la Stratégie de développement des PME, a-t-il fait savoir.

Quant au Président du Conseil de Surveillance, Esse Wouadja, Administrateur des Services Financiers, il a tenu à saluer le management de la Direction générale de l’Agence, « au regard des résultats déjà perceptibles, nonobstant quelques difficultés de mobilisation de ressources rencontrées ». L’installation du Conseil de Surveillance marque, selon M. Wouadja, une étape importante dans la mise en œuvre de la Stratégie de développement des PME ivoiriennes. « Aussi, voudrais-je lancer un appel à tous les membres pour une participation assidue et de qualité afin d’atteindre les objectifs qui nous sont assignés », a-t-il conclu.

Notons que le Ministre de tutelle, Souleymane Diarrassouba, a remis à chaque membre du Conseil de Surveillance, sa lettre de mission.

Les rencontres ‘’Hello tomorrow’’ de l’Agence Côte d’Ivoire PME : atelier sur l’agriculture 4.0


L’Agence Côte d’Ivoire PME vient de lancer les Rencontres ‘’Hello tomorrow’’ ! C’est un espace d’échanges avec l’ensemble des acteurs de l’entrepreneuriat innovant, créé par l’Agence pour organiser la réflexion et l’action collective sur les technologies du futur pour leur dissémination et leur appropriation par les acteurs économiques que sont l’État et les entreprises. Pour le lancement de ce concept, l’Agence a organisé, à son siège à Abidjan, une rencontre avec les petites et moyennes entreprises (PME) et startups évoluant dans le domaine de l’agriculture de précision, le jeudi 19 juillet 2018, sous le thème : « Agriculture 4.0 : challenges et opportunités pour les PME et les startups ».

Présidée par le Directeur général de l’Agence Côte d’Ivoire PME, Salimou Bamba, cette rencontre avait pour objectifs de comprendre l’environnement réglementaire et technologique relatif à l’agriculture 4.0, de faire l’état de l’avancement des technologies locales, d’identifier les opportunités pour le développement de startups innovantes dans le secteur, de préciser le rôle de l’Agence, d’amener les acteurs à se partager les bonnes pratiques et de stimuler le développement d’un tissu de startups innovantes à travers la mise en place d’une plate-forme collaborative de réflexion et d’action.

La rencontre a enregistré la participation des représentants du ministère de l’Agriculture, du Fonds Ivoirien pour la Recherche (FIRCA), de deux experts et d’une dizaine d’entreprises. Tour à tour, les startups Investiv, GeoTracability, Grainotheque, ICT4DEV ont présenté des technologies et solutions innovantes pour la performance et la compétitivité du secteur agricole. Les experts Lucie Kablan et Lucien Diby ont porté des observations sur les technologies et solutions présentées et ont partagé leur riche expérience de l’agriculture de précision dans plusieurs pays, notamment aux Etats-Unis, au Canada et en Côte d’Ivoire, dans des structures de référence.

« Les échanges de ce jour nous permettent de fédérer nos énergies, de mutualiser nos forces et de compter sur une Agence qui va servir de pont entre nous, le secteur agricole et l’Etat », a fait savoir l’un des participants, Amoikon Mian, Directeur national de GeoTracability, une société spécialisée dans la gestion numérique des données agricoles à grande échelle. « Nous attendons de l’Agence qu’elle joue son rôle entre nous les startups et le Gouvernement afin justement d’orienter les actions stratégiques de l’Etat nécessaires à notre développement », a, pour sa part, indiqué Aboubakar Karim, le fondateur d’Investiv, une startup technologique qui a pour ambition de participer à bâtir l’agriculture africaine en misant sur l’agriculture de précision.

Pour conclure, le Directeur général, Salimou Bamba a mis l’accent sur la nécessité de la structuration et du renforcement du partenariat entre l’Agence CI PME et les entreprises œuvrant dans l’agriculture de précision, avec notamment la mise en place d’un cluster ou plate-forme de ces entreprises. « Notre rôle est d’interagir avec l’Etat ivoirien et les différents acteurs de l’écosystème et nous allons désigner un point focal de l’Agence et vous fournir un plan d’action sur 18 mois, avec déjà des livrables d’ici décembre », a-t-il promis.

Notons que l’expression “agriculture 4.0” a été créée par analogie au terme “industrie 4.0” car l’agriculture a rencontré les mêmes transformations que l’industrie, avec l’apparition de la machine à vapeur puis le développement du machinisme agricole. Aujourd’hui, l’ensemble des engins agricoles intègrent des commandes électroniques et le numérique est au cœur du développement de l’agriculture. Des capteurs et des drones collectent, de nos jours, des données sur la météo et sur toute la vie agricole afin faciliter la compréhension des diverses problématiques agricoles, la prise de décisions et l’amélioration des performances.

Ainsi, l’agriculture 4.0 fournit de précieux outils d’aide à la décision. Elle permet de mieux comprendre une situation et capitaliser sur le comportement des cultures en fonction des saisons, de la météo, l’état de maturité d’une parcelle, l’apparition de maladie sur les plantes, etc. L’ensemble de ces infos fait gagner du temps à l’agriculteur et simplifie la prise de décisions se basant sur des données objectives.

Le Directeur général de l’Agence Côte d’Ivoire PME, Salimou Bamba, visite la startup Wefly Agri


Le Directeur général de l’Agence Côte d’Ivoire PME, Salimou Bamba, a visité mercredi 18 juillet 2018, les locaux de Wefly Agri, une startup ivoirienne spécialisée dans l’agriculture de précision et qui offre aux agriculteurs la possibilité de contrôler et gérer leurs plantations à distance. Initiée par la société Wefly Agri, la rencontre a été une occasion pour le Directeur général de cette entreprise, Joseph-Olivier Biley, de présenter au DG de l’Agence la nouvelle dynamique de l’entreprise avec les récentes acquisitions de la société, notamment la version 2 de leur logiciel de reconnaissance, l’imprimante 3 D ainsi que les nouvelles technologies robotiques et d’imagerie.

Wefly Agri est une société qui combine intelligence et précision grâce aux drones dotés d’un logiciel dont elle dispose et qui fournissent des informations précises et fiables aux agriculteurs, leur permettant de suivre à distance leurs exploitations, d’identifier les inefficacités de production, d’augmenter les rendements, de réduire les coûts et de maximiser la productivité.

Le Directeur général de Wefly Agri a fait part à son hôte des attentes de son entreprise : Joseph-Olivier Biley s’attend au soutien de l’Agence Côte d’Ivoire PME en matière d’accès aux marchés, de lobbying auprès des décideurs pour la mise en place d’un cadre réglementaire favorable aux acteurs du secteur de l’agriculture 4.0 et d’un financement innovant pour les startups.

L’Agence Côte d’Ivoire PME s’engage à soutenir le développement entrepreneurial innovant à travers la mise en place d’un cluster agriculture 4.0 ; à accompagner les startups et entreprises du secteur à travers la formation, le soutien à la recherche, au développement des technologies de pointe et à la formation.

Mise en place d’un cluster des PME vertes en Côte d’Ivoire : l’Agence Côte d’Ivoire PME et les experts peaufinent l’étude


Le siège de l’Agence Côte d’Ivoire PME a abrité, ce mardi 17 juillet 2018 à Abidjan, une séance de travail portant sur le cadrage de l’étude sur la cartographie des petites et moyennes entreprises (PME) vertes en vue de la constitution d’un cluster des PME vertes en Côte d’Ivoire.

Cette rencontre à laquelle ont pris part les représentants d’une vingtaine de PME vertes, a été présidée par le Directeur Général de l’Agence Côte d’Ivoire PME, Salimou Bamba. Les travaux de ce mardi font suite à l’atelier sur la Finance verte organisé le 22 juin dernier par l’Agence et ses partenaires.

Au cours de cet atelier, les participants sont convenus de constituer un cluster ou une « plateforme des PME vertes de Côte d’Ivoire », afin de mieux adresser leurs problèmes sectoriels auprès de l’Agence Côte d’Ivoire PME et du ministère de tutelle, le Ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME. La mise en place de cette plate-forme nécessite au préalable l’étude de la cartographie des PME vertes, commanditée par l’Agence et financée par le Centre du Commerce International des Nations Unies (ITC) de Genève.

A la rencontre de ce mardi consacrée au cadrage sur l’étude de cette cartographie, le Directeur Général de l’Agence a invité les participants à « contribuer activement aux échanges afin que des réflexions, naissent les fondements d’un cluster dynamique et compétitif qui apporte une plus-value à l’écosystème ».

L’étude de la cartographie des PME vertes et de leur écosystème va donc s’articuler en deux grandes parties : d’une part, l’identification des PME vertes, la présentation du contexte légal et règlementaire, et d’autre part, la définition d’une stratégie de mise en place du cluster des PME vertes et de son plan d’action sur 18 mois, notamment de fin juillet 2018 à décembre 2019.

Le cluster ou la plateforme des PME vertes est une structure qui sera mise place par les acteurs de l’écosystème eux-mêmes et qui sera tournée vers le développement économique des PME vertes adhérentes : aide à l’innovation, à l’acquisition de nouvelles parts de marché, au développement international. Ce cluster des PME vertes ivoiriennes va ainsi collaborer avec l’Agence CI PME pour créer un environnement propice à la vulgarisation de la Finance verte auprès de toutes les PME et à la mise en place d’initiatives respectueuses de l’environnement pour le développement durable de la Côte d’Ivoire. La constitution de cette plateforme sera aussi l’opportunité d’aborder les questions de commercialisation de projets écologiques et des solutions innovantes disponibles.

La mise en place de ce cluster compensera l’une des faiblesses du tissu productif ivoirien des PME vertes caractérisé par un très grand nombre de PME et de TPE (très petites entreprises) qui, isolées, ne sont pas en mesure d’assurer l’essor de la filière verte à son plein potentiel. Le cluster des PME vertes participera donc à renforcer l’écosystème en soutenant les entreprises vertes dans leurs démarches d’innovation, de développement et de pénétration de nouveaux marchés.

Tous les participants à la rencontre de ce mardi 17 juillet 2018 sont convenus que l’étude doit déboucher sur un outil opérationnel : un cluster des PME vertes avec des livrables utiles à même d’apporter des réponses aux problématiques prioritaires et urgentes de l’écosystème des PME vertes.

«Ensemble, on va plus loin », ont conclu en chœur les participants.

L’Agence Côte d’Ivoire PME noue un partenariat avec les responsables des services PME des banques


 Dans le cadre de sa mission de facilitation entre les différents acteurs de l’écosystème des Petites et Moyennes Entreprises (PME), l’Agence Côte d’Ivoire PME a organisé, vendredi 29 juin 2018, une rencontre avec les responsables des services PME des banques commerciales exerçant en Côte d’Ivoire. Cette rencontre qui s’est tenue en marge de la célébration, mercredi, de la Journée internationale des PME, avait pour objectifs de présenter l’Agence CI PME aux banques, de discuter de la question de l’amélioration de l’accès au financement des PME et des attentes de ces structures bancaires.
 
« Il s’agissait d’échanger avec les banques sur la mise en place d’une plateforme de collaboration entre elles et l’Agence afin d’accroitre les financements accordés aux PME », a indiqué le Directeur Général de l’Agence Côte d’Ivoire PME, Salimou Bamba.  « En matière d’accompagnement et de promotion des PME, la question du financement est une question centrale qui revient dans toutes les discussions. C’est une préoccupation tant du Gouvernement ivoirien que des acteurs du secteur privé », a-t-il fait savoir.
 
En Côte d’Ivoire, les PME constituent 98% du tissu des entreprises et représentent une part importante de l’économie avec 20% du PIB et 12% de l’investissement national et offrent 23% des emplois modernes.  En dépit de cette importance, les PME ivoiriennes demeurent encore caractérisées par une compétitivité insuffisante dont la principale raison, selon une étude réalisée en 2014 par la Banque mondiale, serait leur accès limité au financement.
 
Indexées régulièrement sur la question, les banques commerciales estiment par contre que les difficultés d’accès des PME au financement bancaire sont liées à plusieurs facteurs.  Il s’agit, entre autres, du caractère parfois insuffisamment structuré des PME ; de l’absence de structures d’autofinancement ainsi que des garanties solides pour la couverture du risque-crédit. Le Responsable des partenariats à la BICICI, Jean-Charles Bissouma, a, de ce fait, mis l’accent sur les problématiques qui sont relativement récurrentes dans la microsphère et la sphère des PME, notamment les problèmes organisationnels de ces entreprises. « Les banques n’ont pas assez de visibilité sur leurs secteurs d’activité,  la plupart du temps », a-t-il déploré.
 
Les banques ont relevé le déficit d’informations sur des secteurs nouveaux tels les PME vertes, la finance climatique, les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), les startups, etc. et pour lesquelles elles s’engagent difficilement. Les structures bancaires ont souhaité la mise en place d’un fonds d’amorçage et de l’innovation en raison du risque élevé que constituent les startups, par exemple. Les banques pourront s’engager par la suite, dans le processus de financement des PME innovantes et à fort potentiel de croissance, ont-elles fait savoir à l’Agence CI PME.
 
Par ailleurs, le Directeur de l’Agence Côte d’Ivoire PME a salué la mise à disposition du Fonds BACI de cinq milliards de FCFA en faveur des femmes entrepreneures et du Fonds Coris Bank d’un montant de dix milliards en faveur des PME. La mobilisation de ces deux fonds a été négociée, rappelons-le, par le Ministre de tutelle en charge de la Promotion des PME,  Souleymane Diarrassouba.
 
Pour permettre à la Banque Atlantique de Côte d’Ivoire de gagner du temps dans l’octroi des financements aux femmes, la Chargée d’affaires PME de cette structure, Aïda Fadiga, a souhaité voir l’Agence CI PME s’imprégner des critères de sélection internes de la Banque afin de conseiller en amont les candidates du Fonds BACI dans le montage de dossiers de demande de prêt. Quant au représentant de Coris Bank, le Directeur Clientèle Entreprise, Gervais Diby, il a appelé l’Agence à faciliter la tâche au Comité de crédit de sa structure, pour la mise en œuvre effective de la convention signée avec l’Etat de Côte d’Ivoire.
 
D’autres banques de la place ont souhaité opérationnaliser les modèles BACI et Coris, à condition que l’Agence Côte d’Ivoire PME joue un rôle  pivot dans l’analyse et le traitement des dossiers des PME. Ce premier filtre de la part de l’Agence Côte d’Ivoire PME est nécessaire et essentiel pour assurer la ‘’qualité à l’entrée’’ des dossiers reçus, ont estimé les structures bancaires. Elles souhaitent donc une plus grande implication de l’Agence afin qu’elle soit l’unique interface entre les demandeurs de financement et les banques, dans le cadre des conventions de financement des PME signées avec le Ministère du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME.
 
 « Cette rencontre est une opportunité pour nous les banques qui finançons les PME d’avoir l’appui de l’Agence Côte d’Ivoire PME qui va nous permettre d’accroitre nos financements en faveur des PME pour, non seulement contribuer  au développement de ces entreprises mais également sécuriser nos investissements dans ces PME », a déclaré Danielle Kouamé, Directrice à Ecobank. « Nous ne sommes pas à notre première rencontre avec des organisations sur des problématiques liées aux financements des PME mais rien n’a jamais réellement vu le jour.  Nous espérons qu’aujourd’hui, avec l’existence de l’Agence Côte d’Ivoire PME, ce projet pour lequel toutes les banques sont aujourd’hui rassemblées autour de la table puisse réellement voir le jour et que les PME puissent réellement accéder  aux financements et pouvoir se développer et prospérer », a ajouté, pour sa part Jean-Charles Bissouma de la BICICI.
 
Le Directeur Général, Salimou Bamba, a réitéré la disponibilité de l’Agence Côte d’Ivoire PME à accompagner les banques, tant en amont que lors du processus de financement. « Une fois que ces PME obtiennent des prêts des banques, il s’agira pour nous d’apporter des conseils à ces entreprises  dans le cadre du suivi », a-t-il dit.   « Nous avons reçu près d’une vingtaine de banques sur la trentaine présente en Côte d’Ivoire. Pour nous, cet engouement est la preuve matérielle  du besoin de collaboration. Nous attendons des banques qu’elles   nous fassent confiance. L’Agence Côte d’Ivoire PME est déterminée à apporter sa contribution à la valeur ajoutée dans l’écosystème des PME en Côte d’Ivoire », a conclu Salimou Bamba.
 
Les responsables PME des banques présentes à la rencontre ont appelé l’Agence Côte d’Ivoire PME à élaborer et proposer, pour les dix-huit prochains mois, un plan d’action de la plateforme de collaboration. Ce plan d’action devra être validé lors de la prochaine rencontre. Cette toute nouvelle plateforme de collaboration entre les banques et l’Agence a ainsi vu le jour, à l’issue de cette rencontre du 29 juin 2018.

L’Agence CI PME est la réponse du Gouvernement pour faire des MPME le véritable pilier de l’économie ivoirienne, selon le Ministre Souleymane Diarrassouba


L’Agence CI PME est la réponse du Gouvernement pour faire des MPME le véritable pilier de l’économie ivoirienne, selon le Ministre Souleymane Diarrassouba

Ce 27 juin, le monde entier célèbre la Journée internationale des micro, petites et moyennes entreprises (MPME). Cette journée a été proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies, le 13 mars 2017.
 
Pour la Côte d’Ivoire, cette célébration revêt une importance particulière en raison de l’intérêt qu’elle accorde aux PME dans son programme de développement, estime le Ministre du Commerce de l’Artisanat et de la Promotion des PME, Ministre de l’Industrie et des Mines par intérim, Souleymane Diarrassouba, dans sa déclaration. L’institution de cette journée, dit-il, a pour objectif de sensibiliser l’opinion publique sur l’importance des micro, petites et moyennes entreprises dans la concrétisation des objectifs de développement durable et la création de richesses dans nos économies.
 
Il  note cependant les obstacles auxquels les PME ivoiriennes sont confrontées dans leur développement, notamment un accès insuffisant aux financements et aux marchés publics et privés, un déficit de capacité technique et managériale de la part des dirigeants et des employés des PME, un climat des affaires globalement difficile et une culture entrepreneuriale et de l’innovation insuffisamment développée et valorisée. En vue d’apporter des réponses à ces difficultés et permettre aux PME de jouer pleinement leur rôle de levier de la croissance, le Gouvernement ivoirien s’est doté, ces dernières années, d’une ambitieuse Stratégie d’appui au développement des PME basée sur une profonde réforme du cadre institutionnel et réglementaire, indique-t-il.
 
« L’opérationnalisation de l’Agence Côte d’Ivoire PME constitue la réponse du Gouvernement pour exécuter et capitaliser toutes les initiatives à même de rendre les MPME ivoiriennes plus compétitives et innovantes et faire d’elles le véritable pilier de l’économie », dit M. Diarrassouba. Cette Agence fait partie des nombreux instruments opérationnels mis en place pour l’accompagnement des petites et moyennes entreprises dans le cadre de la mise en œuvre de la politique d’appui de l’Etat aux PME. Le Ministre cite, en outre, la Bourse de Sous-traitance et de Partenariat (BSTP) dont l’une des missions est de contribuer à la promotion et au renforcement des capacités d’une masse critique de PME ivoiriennes en matière d’accès au marché ; l’incubateur d’Abidjan qui sera fonctionnel avant la fin du mois de juillet 2018 et  le recours au crédit-bail. Souleymane Diarrassouba rappelle également le fonds de soutien à l’entrepreneuriat féminin d’un montant de 5 milliards FCFA mis en place par la BACI et le fonds d’appui à l’entrepreneuriat d’un montant de 10 milliards FCFA disponible à Coris Bank.
 
« Il convient de souligner qu’en plus de ces initiatives, le Gouvernement a engagé des études en vue de la mise en service d’une autre vague de dispositifs opérationnels d’appui aux PME. Il s’agit notamment du fonds de garantie, du fonds ivoirien de l’innovation, du guichet unique des PME, de l’observatoire des PME et des mesures pratiques de mise en œuvre du statut de l’entreprenant », déclare le Ministre Diarrassouba. Par ailleurs, précise-t-il, viendront bientôt s’ajouter à ce dispositif, certains produits et services de la future caisse de dépôt et de consignations en vue d’une plus grande densification et de la consolidation du tissu des PME ivoiriennes.
 
Toutes ces actions démontrent la volonté de l’Etat ivoirien d’impulser le développement des PME par l’amélioration de leur accès aux financements et aux marchés mais aussi par une coordination plus renforcée des interventions, souligne-t-il. « L’ambition de notre pays pour les PME est grande et consiste à créer à l’horizon 2020 une masse critique de PME compétitives, dynamiques et innovantes contribuant de manière significative au développement socio-économique durable de la Côte d’Ivoire, avec pour objectif de favoriser une forte augmentation du PIB et la création d’emplois formels et de qualité », dit M. Diarrasouba.
 
Pour terminer, Souleymane Diarrassouba annonce pour le 27 juin 2019, l’organisation d’une série d’évènements autour de la célébration de la Journée internationale des MPME, en liaison avec le secteur privé. Ce sera, conclut-il, « en vue de mieux valoriser et célébrer les efforts de nos braves dirigeants des PME qui, par leur génie, créent de la richesse et de l’emploi ».

 

 

Aucune information de copyright n’a encore été enregistrée.