Commande publique : Le troisième atelier sur le montage de dossiers d’appels d’offres organisé ce mardi


Après les deux premiers ateliers qui ont permis à des PME d’être outillées sur le  montage pratique de dossiers d’appels d’offres, dans le cadre de la commande publique, l’Agence Côte d’Ivoire PME a organisé un troisième atelier, ce mardi 19 mars sur la même thématique.

Animé par  Koné Yaya, Expert en passation des marchés à l’Agence Côte d’Ivoire PME, cette séance de formation pratique  a enregistré une dizaine de participants (PME), évoluant dans divers secteurs d’activité (BTP, fournitures de bureaux, services etc)

Comme à la précédente session, le coach a rappelé que pour un Dossier d’Appel d’Offre (DAO), il y a deux documents à évaluer : l’offre technique et l’offre financière. Mais, précise-t-il, le plus important est l’offre technique qui doit être irréprochable. En d’autres termes, pour pouvoir monter une offre technique, le postulant doit répondre à des critères d’admissibilité (l’expérience générale de l’entreprise, l’expérience du personnel, l’expérience liée au matériel) etc.

 

L’Expert en passation des marchés à l’Agence Côte d’Ivoire PME,  a insisté sur les missions de la Direction des Marchés publics (DMP) et l’Autorité Nationale de Régulation des Marchés publics (ANRMP). La DMP a pour rôle« de contrôler les procédures de passation des marchés publics après la responsabilisation des acteurs et de faire des recommandations en vue de son amélioration ».  Par contre,  l’ANRMP a pour mission, entre autres, de réaliser les audits indépendants de la passation et de l’exécution des marchés publics, des délégations de service public et d’assurer le suivi de la mise en œuvre des recommandations.  « Une entreprise qui pense être lésée dans une passation de marché peut saisir l’ANRMP pour non-respect des procédures de passation », a expliqué Koné Yaya.

Pour ce dernier, l’éligibilité d’une PME à un appel d’offres nécessite la possession d’un Registre de Commerce et de Crédit Mobilier (RCCM), la preuve d’existence d’au moins cinq ans, la Déclaration Fiscale d’Existence (DFE), le dossier CNPS à jour, le cautionnement provisoire (minimum de 10 millions FCFA), le statut et le pouvoir du soumissionnaire.

Ce sont au total plus de 20 PME qui ont été formées au montage pratique des dossiers d’appels d’offres depuis l’initiation de ces sessions.

 

 

Réduction des coûts à l’exportation: L’Agence Côte d’Ivoire PME et Janngo forment les PME


Dream Factory, l’Incubateur  Public  d’Abidjan  sis à la Riviera Palmeraie non loin du nouveau Camp d’Akouédo a enregistré ce vendredi 15 mars 2019,  48 PME exerçant dans le domaine de la logistique, pour une Master class organisée par l’Agence Côte d’Ivoire PME en partenariat avec Janngo, 1er startup studio africain à impact social, autour du thème : « Réduction des coûts logistiques à l’exportation grâce à la digitalisation ».

L’objectif Masterclass était de renforcer les capacités des PME en matière de techniques de réduction des coûts logistiques par les outils digitaux. Saluant la présence massive des PME, le Directeur Général de l’Agence Côte d’Ivoire PME, Salimou Bamba a affirmé : « Lorsque nous lancions cette formation nous nous demandions s’il serait facile de recruter des participants. Ce matin vous nous faites la démonstration de ce qu’en Côte d’Ivoire, nous avons des acteurs et des PME qui, au-delà de la question de l’appui du financement,  sont prêtes à se former pour attaquer les marchés internationaux ».

Selon lui, dans de nombreux pays l’objectif, en termes de promotion des PME, consiste à renforcer leurs capacités à l’exportation. « Avant  qu’une PME puisse exporter, cela implique nécessairement qu’elle a pu  consolider ses bases au niveau national. En général les programmes d’appui à l’exportation sont des stratégies accélérées pour pouvoir renforcer la place des PME dans l’économie nationale. Nous pensons qu’avec Janngo, nous allons travailler ensemble sur cet objectif », a promis le Directeur Général de l’Agence Côte d’Ivoire PME.

En effet, au nombre des difficultés qui freinent le développement des PME et qui les empêchent de jouer pleinement le rôle de moteur de la croissance de l’économie, figurent la non maîtrise des coûts liés à la logistique et le déficit de compétitivité pour vendre à l’international.

 

Les données recueillies par le Centre d’Intelligence des Affaires sur les PME de l’Agence CI PME sur la compétitivité des PME ivoiriennes indiquent que seulement 18% ont déjà commercialisé au moins une fois leurs produits sur des marchés hors de la Cote d’Ivoire, 47% en ont eu l’intention et 17% n’ont aucune information sur ce segment. Ces statistiques montrent que des efforts  restent à faire afin que plus de PME ivoiriennes puissent accéder aux marchés internationaux.

Programme BRVM Elite Lounge : L’agence Côte d’Ivoire PME prépare les entreprises pour la troisième cohorte


Après les deux premières cohortes qui ont permis à 20 PME d’intégrer le Programme BRVM Elite Lounge de la  Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM), l’Agence Côte d’Ivoire PME prépare les prochaines entreprises en mesure d’intégrer la prochaine cohorte du programme. C’est dans cette logique qu’elle a reçu, ce jeudi 14 mars dans ses locaux 11 PME pour une séance d’information sur le programme BRVM Elite Lounge, afin que celles-ci  s’intéressent au marché boursier de l’UEMOA.

Selon le Directeur de l’Accompagnement Conseil et du Climat des Affaires, Ismaël Cissé, cette séance d’information est consécutive à une signature d’accord entre l’Agence Côte d’Ivoire PME et la BRVM, officialisée le 28 janvier à Abidjan. Cet accord stipule entre autres que l’Agence  Côte d’Ivoire PME doit préparer au mieux les PME susceptibles de prendre part au programme « BRVM Elite Lounge ». Aussi, les deux institutions  s’engagent-ils à mutualiser leurs efforts en vue de  rendre disponibles les informations sur les opportunités de financement existant sur le marché financier régional de l’UEMOA, à promouvoir le troisième Compartiment de la BRVM auprès des PME. Ainsi qu’à renforcer les capacités des PME sur la gestion d’entreprise et les différents modes de financement, afin de les rendre plus attractives aux investisseurs et procéder à l’établissement d’une plateforme permanente d’échange d’informations.

Selon Traoré Hamed, coordonnateur de la division en charge du financement de l’accès aux marchés et de l’inclusion financière, pour être éligible au programme, la PME sélectionnée doit avoir un capital minimum de 100 Millions,  un chiffre d’affaire supérieur à 500 millions .Les entreprises devront disposer d’états financiers certifiés sur leurs deux exercices précédant l’année de la demande d’admission à la cote et produire un plan d’affaires sur un horizon de trois (3) ans .

Aussi serait-il important de noter que la condition imposée par le régulateur est la diffusion au titre du flottant, d’une quantité minimale de 500 000 titres correspondant au minimum à 10% du capital social et avoir signé un contrat avec un Listing Sponsor.

En réponse à une préoccupation de l’un des entrepreneurs  participant à cette séance d’information, concernant  l’ouverture du capital, le coordonnateur a expliqué : « La prise de capital ne veut pas dire que le fondateur de la société perd tous ses droits, mais cela permet à l’entreprise d’être  plus solide et d’avoir des ressources longues à faible coût et à une transparence dans la gouvernance  », explique-t-il. Avant d’ajouter que le programme BRVM Elite Lounge permet aux entreprises d’avoir accès à des ressources longues, de renforcer leur notoriété et d’accroître leur visibilité. Et aussi être coté à la bourse, notamment dans le compartiment PME/PMI de la BRVM.

 

Il faut rappeler que le programme «Elite BRVM Lounge», est une déclinaison régionale du programme Elite. Conçu par la bourse de Londres, il  vise, en plus du renforcement des capacités, à préparer les entreprises de la zone de l’Union économique et monétaire ouest africaine à accéder au troisième compartiment de la BRVM.

 

Commande publique : Atelier de montage pratique de dossiers d’appels d’offres


L’Agence Côte d’Ivoire PME a initié, ce mardi 5 mars, un atelier de formation relative au montage de dossiers d’appels d’offres, dans le cadre de la commande publique.

Selon Koné Yaya, Expert en passation des marchés à l’Agence Côte d’Ivoire PME, cette séance de formation constitue la phase pratique pour les entreprises qui avaient déjà participé à la Masterclass sur le passeport pour la commande publique.

Orientée vers les Petites et moyennes entreprises (Pme) du secteur des bâtiments et travaux publics (Btp), cette formation, explique le formateur Koné Yaya, se décline en trois axes à savoir le volet administratif de l’appel d’offres relatif aux pièces administratives à fournir pour postuler à une commande publique ; l’attention à accorder à l’aspect technique qui prend en compte l’expérience générale de l’entreprise, l’expérience du personnel, l’expérience liée au matériel ; et enfin l’aspect financier qui concerne le chiffre d’affaire de l’entreprise en fonction de l’activité.

 

Enumérant les documents à fournir dans le cadre d’un appel d’offres de travaux, le formateur a cité le registre de commerce, la preuve d’existence d’au moins cinq ans, la déclaration fiscale d’existence (Dfe), le dossier Cnps, le cautionnement provisoire (minimum de 10 millions Fcfa), le statut et le pouvoir du soumissionnaire. Mais, indique Koné Yaya, lorsque l’entreprise n’est pas capable de réunir ces documents, elle peut s’associer librement à une autre entreprise dans le cadre de la cotraitance ou la sous-traitance pour mutualiser les chances d’obtenir l’appel d’offres.

L’animateur a insisté sur le cautionnement provisoire qui est l’une des contraintes auxquelles les Pme sont fréquemment confrontées. Toute chose qui pousse certaines entreprises à des montages de dossier non authentiques pour prouver la possession d’un cautionnement provisoire, fait-il remarquer. Ce qui constitue une pratique passible de poursuite judiciaire.

 

Les participants à cette phase pratique de la formation ont exprimé leur intérêt pour cette session, au regard de l’expertise qu’ils ont acquise.

 

 

L’Agence CI PME et l’Agence Emploi Jeunes en synergie pour une optimisation de l’appui aux auto-entrepreneurs


L’Agence Côte d’Ivoire PME et l’Agence Emploi Jeunes, deux agences d’exécution de l’Etat, ont décidé de travailler en synergie dans le cadre de la promotion de l’entrepreneuriat, la formation, le financement des projets et l’insertion professionnelle des jeunes.

C’est pourquoi, une convention d’une durée de 24 mois a été signée ce mercredi 6 février 2019 au Cabinet du Ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi jeunes à Abidjan -Plateau par les premiers responsables de ces deux entités.

Pour rappel, les deux agences se sont engagées à mutualiser leurs ressources en vue d’un renforcement des actions dans le cadre de la lutte contre les problèmes de chômage et de la précarité des emplois des jeunes. De façon pratique, la convention vise à renforcer les capacités managériales des jeunes auto entrepreneurs sélectionnés sur la base du potentiel de leurs projets et à faciliter leur accès aux financements, puis aux marchés. Un plan d’actions annuel sera élaboré avec des incidences sur les domaines de la formation professionnelle, de l’entrepreneuriat, de l’ingénierie-développement et de la mobilisation des ressources…

Dans son intervention, le Ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi jeunes, Touré Mamadou, justifie le choix de l’Agence CI PME par le fait qu’elle a comme attribution principale de promouvoir les PME ivoiriennes. De plus, sa contribution à la mise en œuvre opérationnelle de la stratégie globale de développement des PME a été un atout majeur dans la détermination de cette alliance. Tout jeune entrepreneur aspire à devenir une PME, d’où la nécessité d’un accompagnement efficace pour leurs premiers pas dans les sphères de l’entreprise. Selon le Ministre, la réduction du chômage passe par la création d’entreprises, de PME solides qui garantiront une insertion professionnelle dans tous les secteurs.

Pour sa part, le Secrétaire d’Etat chargé de la Promotion des PME, Félix Anoblé, a salué l’initiative de cette collaboration qui vise à offrir aux jeunes diplômés et aux sans-emplois des opportunités d’insertion professionnelle à travers des programmes dédiés, conformément à la vision du chef de l’Etat qui est de faire des PME le moteur de la croissance inclusive.

Il n’a pas manqué d’exprimer sa conviction selon laquelle, cette convention donnera naissance à de futurs chefs d’entreprises prospères, fortement impliqués dans le processus vers l’émergence de la Côte d’Ivoire.

Quant au Directeur général de l’Agence Côte d’Ivoire PME, Salimou Bamba, il a souligné l’engagement de l’institution qu’il dirige à apporter un appui à l’Agence Emploi Jeunes dans la promotion de la culture entrepreneuriale chez les jeunes, tout en contribuant à la mise en œuvre de mécanismes de financement adaptés aux projets jeunes. L’Agence organisera des sessions de renforcement de capacités managériales à l’endroit des jeunes entrepreneurs et s’emploiera à faciliter l’accès des entreprises dirigées par les jeunes aux marchés de sous traitance auprès des grandes entreprises, a dit M. Bamba.

Pour l’Agence Emploi Jeunes, il s’agira de faire la sélection des jeunes entrepreneurs devant participer aux sessions de renforcement de capacités, a précisé son Administrateur, Jean-Louis Kouadio. Cette structure mettra en œuvre, en étroite collaboration avec l’Agence CI PME, les services non financiers et financiers dans le cadre des programmes de développement de l’entrepreneuriat des jeunes inscrits sur la plateforme de financement.

Aussi, l’Agence Emploi Jeunes soutiendra les initiatives de l’Agence CI PME en matière de promotion de l’entrepreneuriat en fournissant une assistance technique et des orientations stratégiques, selon le type de projet, a-t-il conclu.

Financement des PME : l’Agence CI PME et la BRVM signent un accord pour mutualiser leurs efforts


L’Agence Côte d’Ivoire PME et la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) entendent accompagner les Petites et Moyennes Entreprises (PME) à fort potentiel dans la recherche de financements adaptés à leurs besoins. Un protocole d’accord formalisant la coopération entre les deux institutions  a été signé ce lundi 28 janvier 2019, au cabinet du Secrétariat d’Etat chargé de la Promotion des PME.  

Le Secrétaire d’Etat, Félix Anoblé, a salué  l’opportunité qu’offre la BRVM aux PME, à travers son troisième compartiment, d’accéder à des fonds propres indispensables pour leur développement, en facilitant leur cotation à la bourse.

Pour le Directeur général de l’Agence CI PME, Salimou Bamba, la signature de cet accord répond au besoin de repenser la nature de l’accompagnement qui doit être apporté aux PME. Celles-ci représentent plus de 90% des entreprises dans la zone UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine), mais selon les données de la Banque Africaine de Développement (BAD), elles ne pèsent qu’entre 23 à 30% du PIB, contre 60%  dans les pays émergents ou industrialisés, a-t-il souligné. Selon lui, les PME ont des difficultés à se financer sur le moyen et long terme auprès des banques classiques. Pour se faire, elles ont besoin non seulement de soutien financier sur le long terme, mais aussi de formation. D’où l’intérêt de la coopération avec la BRVM qui a lancé, depuis décembre 2017, un compartiment dédié aux PME et aux entreprises à fort potentiel de croissance. «  Au-delà de la banque traditionnelle et la microfinance, le troisième compartiment de la BRVM offre une approche holistique du financement de l’entrepreneuriat et des PME de l’espace UEMOA, en combinant financement à long terme, formation et accompagnement », a poursuivi Monsieur Bamba.

La mise en œuvre du troisième compartiment de la bourse est accompagnée d’un programme de formation destiné aux PME bénéficiaires  appelé ‘’Elite BRVM Lounge’’, a fait savoir le Directeur général de la BRVM, Edo Kossi Amenounvé. En 2018, a-t-il rappelé, deux cohortes d’entreprises, soit vingt entreprises, ont déjà été sélectionnées au sein de la zone UEMOA, dont six PME ivoiriennes, soit un taux de 30% de représentation. De l’Agence CI PME, la BRVM attend qu’elle prépare un vivier de PME qui viendront prendre part au programme Elite et alimenteront le troisième compartiment de la bourse. Il espère que l’Agence pourra fournir une dizaine d’entreprises sur la vingtaine à sélectionner au titre de l’année 2019. La prochaine cohorte sera lancée en juin.

Pour conclure, le Secrétaire d’Etat Félix Anoblé, a appelé les investisseurs publics et institutionnels, ainsi que les particuliers, à faire confiance aux PME qui accèdent à la bourse par ce processus de sélection rigoureux en les accompagnant. « A l’endroit spécifiquement de l’Agence Côte d’Ivoire PME, je voudrais indiquer que les PME appelées à être cotées sur le troisième compartiment de la BRVM ont besoin d’un accompagnement et d’un suivi adéquats afin de parvenir aux objectifs de compétitivité internationale. Il est donc nécessaire que vous leur apportiez toute l’expertise dont vous disposez et je ne me fais aucun doute à cet effet », a-t-il conclu.

La coopération entre la BRVM et l’Agence CI PME constitue désormais, une plateforme permanente d’échanges qui permettra aux PME ivoiriennes d’emprunter la voie des champions nationaux, véritables moteurs de la croissance et créateurs d’emplois.

Formation et encadrement de 100.000 femmes en entrepreneuriat : L’Agence Côte d’Ivoire PME y était


 L’Agence Côte d’Ivoire PME a était présente à la cérémonie d’installation, du collège de la caravane des 100 000 femmes “entrepreneurs” initiée par la FIPME.

Cette caravane des 100 000 femmes “entrepreneurs” sera lancée dans le premier trimestre de l’année 2019 à San-Pedro (la ville dont le ministre de tutelle, secrétaire d’état chargé de la promotion des PME est maire ) et elle durera 3 ans.
Madame Kouadio Blehon présidente de la commission genre femme entrepreneuriat de la FIPME a indiqué que pour l’efficacité de cette caravane, il fallait mettre en place un “Collège” pour des questions de transparence et de gouvernance.
« Nous avons besoin de ceux qui veulent nous accompagner pour l’autonomisation de la femme en Côte d’Ivoire, car si la femme a de l’argent aujourd’hui, c’est le pays qui gagne, ce sont les hommes et les enfants (du pays) qui y gagnent. »
“… L’objectif général de la cérémonie d’hier était la désignation officielle et l’intronisation publique de Représentants des associations, organismes et institutions parties prenantes dans la mise en œuvre de la caravane au sein de collège.
Veiller au bon fonctionnement de la caravane, s’assurer du respect du programme de tournée dans les 31 régions du pays, lever tous blocages administratifs et politiques dans la mise œuvre du projet, apporter les corrections nécessaires pour la bonne marche de la caravane, dégager si nécessaire les moyens techniques, logistiques et financiers en vue du bon déroulement du projet, amener grâce à une intermédiation efficace les autorités locales à s’approprier du projet par une meilleure implication, telles sont les missions assignées au collège…
L’Agence Côte d’Ivoire PME est donc représentée au sein du collège de la caravane des 100 000 femmes “entrepreneurs” par Pierre-Joseph Kingbo (représentant du DG Salimou Bamba). Le collège de la caravane se réunira une fois par mois à partir de janvier 2019.

   

Panel JCI : Mobilisation des ressources pour les Jeunes Entrepreneurs


Le samedi 22 décembre 2018, l’Agence CI PME a participé  à un panel sur  “la Mobilisation des ressources pour les Jeunes Entrepreneurs”.
 
 
A l’issue de ce panel, La JCI ( la Jeune Chambre Internationale -Bingerville) a remis un prix à l’Agence CI PME pour son travail et son dévouement en faveur de l’entrepreneuriat des jeunes.
Pierre-Joseph Kingbo a accepté ce prix au nom du DG de l’Agence Côte d’Ivoire PME, Monsieur Salimou Bamba, et a exprimé toute la gratitude de l’Agence pour cette distinction.

Dream Factory à l’Africa Fintech Forum 2018


L’Agence Côte d’Ivoire PME a été partenaire de l’Africa Fintech Forum 2018 qui s’est tenu du 26 au 27 novembre 2018 à Abidjan.

L’Africa Fintech Forum est un forum sur la fintech, la regtech, l’insurtech, la Blockchain. Il vise à valoriser l’industrie des technologies financières comme levier pour atteindre l’inclusion financière.

Alex Sea Responsable des opérations à Dream Factory avec Philippe Batreau d’Epistrophe et du réseau Frenchtech Abidjan

Le Hub d’innovation de l’Agence, Dream Factory qui avait son stand sur les lieux du forum, a saisi cette occasion pour ses projets et ses axes d’intervention auprès de l’écosystème entrepreneur en général et de l’écosystème Fintech en particulier. Le projet RUFIN 2018 lancé pour accompagner les solutions de digitalisation des flux financiers en zone rurale, a aussi été présenté aux investisseurs lors des rencontres B2B. Dream Factory a également pu identifier les technologies et acteurs d’intérêt pour le Hub Fintech durant le networking.

Semaine mondiale de l’entrepreneuriat 2018 Les femmes, les jeunes, l’inclusion et la fédération des acteurs de l’écosystème : les axes stratégiques de l’Agence Côte d’Ivoire PME à l’honneur !


Au cours des dernières années, la Côte d’Ivoire a entrepris des réformes structurelles visant à favoriser la croissance économique, tout en garantissant un environnement des affaires propice et un climat social favorable, conformément à la vision du Chef de l’Etat, Alassane Ouattara.

Sous l’impulsion du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, une politique axée essentiellement sur le soutien à l’auto-initiative d’emploi, l’accompagnement des entrepreneurs, l’encouragement de l’esprit de créativité et d’innovation et l’accroissement de la compétitivité des PME, a été mise en place. Ces actions sont opérationnalisées sur le terrain sous la direction du Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba et du Secrétaire d’Etat en charge de la Promotion des PME, Félix Anoblé.

La semaine consacrée aux entrepreneurs, la “Global Entrepreneurship week” que nous célébrons du 12 au 18 novembre 2018 est axée, cette année, sur quatre thèmes : les femmes, les jeunes, l’inclusion dans l’entrepreneuriat et la fédération de l’écosystème (ecosystem connect). Ces thèmes cadrent avec l’un des axes stratégiques de l’Agence Côte d’Ivoire PME qui est de contribuer au développement de la culture entrepreneuriale et de l’innovation, tant chez les jeunes que chez les femmes.

L’entrepreneuriat féminin

Les femmes entrepreneures participent à la construction de l’écosystème entrepreneurial. L’Agence Côte d’Ivoire PME leur apporte son soutien en leur offrant des possibilités d’étendre leurs réseaux, d’identifier des ressources et de partager des connaissances avec d’autres femmes entrepreneures. L’Agence Côte d’Ivoire PME met, entre autres, à l’honneur les femmes entrepreneures à travers l’accompagnement des lauréates du Fonds BACI pour l’entrepreneuriat féminin.

L’entrepreneuriat des jeunes

La création d’entreprise par les jeunes leur permet d’améliorer leur condition de vie. En choisissant de lancer et de développer de nouvelles startups et PME, ils contribuent ainsi à l’émergence de la Côte d’Ivoire par la création d’emplois innovants. L’Agence comprend leurs besoins et les accompagne à travers le hub d’innovation « Dream Factory » qui célèbre et façonne la prochaine génération d’innovateurs à travers des activités et des concours afin de les aider à affiner leurs compétences et de les connecter à des partenaires et investisseurs potentiels.

L’inclusion

Pour donner à tous la chance de devenir entrepreneur, l’Agence Côte d’Ivoire PME a mis en place le Guichet des Services aux PME dont la mission d’assistance conseil comprend le coaching en matière de création d’entreprises, de montage de business plan, de planification stratégique et d’accès au financement. Ainsi, tout le monde, quel que soit l’âge, le sexe ou l’origine ethnique et sociale doit pouvoir réaliser son rêve et créer une startup/PME rapidement, à moindre coût et sans barrières.

La fédération des acteurs de l’écosystème L’Agence Côte d’Ivoire PME travaille avec d’autres organisations de soutien à l’entrepreneuriat pour faciliter la collaboration et le partenariat entre les acteurs de l’écosystème entrepreneurial. Le partage des connaissances et la connexion des leaders des écosystèmes locaux sont devenus de plus en plus importants pour créer des communautés entrepreneuriales saines et prospères.

L’Agence Côte d’Ivoire PME œuvre à fédérer les différents acteurs de l’écosystème entrepreneurial pour créer un cadre de collaboration et de partage de leurs réseaux et marchés dans le but de contribuer à leur développement.

Aucune information de copyright n’a encore été enregistrée.